Réseau de centres de calcul

Actuellement, de nombreux petits centres de calcul, répartis dans différents sites, assurent l'exploitation informatique de l'administration fédérale. Or, par rapport à un grand centre de calcul, plusieurs centres de taille inférieure utilisent en règle générale plus d'énergie pour garantir la même capacité de calcul et de stockage.

Projet interdépartemental de réseau de centres de calcul 

En s'appuyant sur la stratégie de la Confédération en matière de TIC pour les années 2012 à 2015, les fournisseurs de prestations des domaines civil et militaire ont élaboré un projet interdépartemental de réseau de centres de calcul. Ce dernier complètera l'actuelle infrastructure, hétérogène et parfois inefficiente, des centres de calcul de l'ensemble de l'administration fédérale et de l'armée. Ainsi, les futures exigences en matière de capacité, de sécurité et de disponibilité pourront si nécessaire être satisfaites même en cas d'urgence et de crise, et cela de la manière la plus économique possible. Afin de faire face aux besoins croissants en capacité de calcul, les centres seront planifiés et réalisés de manière modulaire.

Quatres centres de calcul

Le réseau comptera non seulement un centre de calcul civil situé dans la région de Berne, qui sera rénové, et les deux actuels centres protégés à destination militaire, mais aussi un nouveau centre, qui sera construit conformément à des critères civils en matière de protection et qui sera utilisé à des fins tant civiles que militaires. Le Conseil fédéral a confié à armasuisse (DDPS) la direction de la planification et de la construction de ce centre de calcul commun, appelé CAMPUS. Celui-ci devrait être exploité dès 2020.  

Déménagements et migrations

Le transfert de l'infrastructure et des systèmes informatiques vers le centre de calcul CAMPUS se fera en plusieurs étapes. À partir de 2019, l'infrastructure informatique nécessaire pour l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), le Centre de services informatiques du DFJP (CSI-DFJP) et le Centre de services informatiques (ISCeco) du DEFR sera mise en place à Frauenfeld. Suivront ensuite le transfert échelonné des applications et le démantèlement des centres calculs qui ne seront plus utilisés dans le cadre du réseau. À cet effet, le Conseil fédéral a adopté le 22 février 2017 le message qui porte sur un crédit d'ensemble de 41,2 millions de francs.
En leur qualité de fournisseurs de prestations informatiques, la Base d'aide au commandement (BAC) du DDPS et l'Informatique du DFAE seront également intégrées dans le réseau.

Modèle d'exploitation du réseau de centres de calcul

Toujours le 22 février 2017, le Conseil fédéral a adopté le modèle d'exploitation pour l'ensemble du réseau et chargé les fournisseurs internes de prestations de le mettre en œuvre d'ici 2020. Dans le but d'exploiter au mieux les synergies, ce modèle prévoit quels fournisseurs internes proposeront quels services d'infrastructure (matériel informatique, systèmes d'exploitation et mémoire de stockage) au sein du réseau de centres de calcul. Le modèle d'exploitation précise également qu'aucun autre centre ne sera construit, agrandi ou modernisé pour venir s'ajouter aux quatre prévus dans le réseau.

Un facteur important: l'efficacité énergétique

Les centres de calcul consomment beaucoup d'énergie: les centres prévus auront une consommation de plusieurs mégawatts. Le thème de l'énergie a fortement gagné en importance au cours des dernières années en raison de la hausse du coût de l'électricité et de la conscience écologique toujours plus affirmée des consommateurs. C'est pourquoi les centres de calcul seront projetés selon des normes sévères afin d'offrir une meilleure efficacité énergétique, par exemple grâce aux techniques de réfrigération modernes. De plus, les rejets thermiques de ces centres doivent être si possible utilisés. L'administration fédérale prend cet aspect en compte lors de la sélection des différents lieux d'implantation: pour chaque nouveau centre de calcul, elle examine conjointement avec les autorités locales si les rejets thermiques peuvent être utilisés judicieusement, par exemple pour chauffer d'autres bâtiments.

 

Informations complémentaires

Dernière modification 22.02.2017

Début de la page

https://www.isb.admin.ch/content/isb/fr/home/themen/bundesarchitektur/schwerpunkte/rechenzentrum-verbund.html